Les actualités Hubwe

Retrouvez toute l'actualité d'HUBWE : les nouveautés, nos événements, nos rencontres, nos réussites !
N’hésitez pas à nous contacter afin d’échanger sur votre projet.
Suivez notre actualité et restons en contact !

La gestion des émotions

La gestion des émotions

Pour rappel, les émotions sont des réponses psychophysiologiques complexes à des stimuli internes ou externes qui suscitent des expériences subjectives et influencent les pensées, les comportements et les réactions physiologiques. Elles sont souvent responsables de comportements impulsifs.

Mais gérer nos émotions est possible.
Cela passe par une stratégie d’apprentissage, qui permettra par la suite le contrôle de nos états émotionnels.

Concrètement, comment cela se passe-t-il ?

Dans un premier temps, il est important d’accueillir son émotion.
Le simple fait d'être présent montre que l'émotion est recevable, bien que toutes les émotions soient acceptables et légitimes.
Ce qui ne l’est pas, ce sont les réactions qui en résultent.

Deuxièmement, il faut questionner l'émotion, la verbaliser, mettre un mot dessus.
Les émotions se divisent en 4 grandes familles : la joie, la colère, la peur et la tristesse. A celles-ci peuvent s'en ajouter beaucoup d'autres, telles que la honte, le dégoût ou le mépris. Pour la questionner, on va demander :
« Éprouvez-vous quelque chose ? »
« Êtes-vous sous le coup de l'émotion ? »
« Si vous deviez la nommer, diriez-vous que… ? »
« Et si c'était de la colère, que diriez-vous ? »
« Que ressentez-vous ? »

La réponse exprimée peut être la suivante :
« Je suis mal à l'aise, j'ai le cœur qui bat vite, j'ai du mal à verbaliser ».

Gardons en mémoire qu'une émotion réprimée, non exprimée, ressort avec plus de violence la fois suivante, d'où l'importance de parvenir à la nommer, à la décrire.
Finalement, on parle de maîtrise et de gestion des émotions, mais peut-on réellement les maîtriser ?
Ne serait-ce pas un abus de langage ?

Est-il possible de ne plus avoir d’émotions ?

Nous l’avons vu, l'émotion est nécessaire. Sans elle, nous ne pouvons plus avoir de projets, nous ne sommes plus « humains ».
Nos émotions existent avant même que nous n’en ayons conscience, elles sont plus forte que notre mental.

Souvent, nous nous rendons compte qu'il existe un conflit intérieur lorsqu’une force émotionnelle surgit, à laquelle nous en opposons une autre : celle de notre mental qui veut la recouvrir et la camoufler !
C’est cette opposition, ce grand écart mental qui génère un problème et un mal-être.
Être en mesure de verbaliser tout cela et d’admettre sa colère provoque une forme de lâcher-prise. Dès lors qu'il y a verbalisation, accueil et « acceptation », les réactions associées sont convenablement maîtrisées. En revanche, si l’émotion est rejetée, il y a un problème.

Chaque émotion correspond un besoin, reprenons les 4 principales :

  • La peur : de manière très simpliste, quand je ressens cette peur, de quoi ai-je besoin ? En réalité, j'ai besoin d'être rassuré.
  • La tristesse : quelle est la cause de ce sentiment, que me faut-il pour aller mieux ? Être consolé, écouté et réconforté.
  • La colère : que me faut-il pour pouvoir me libérer ? M'exprimer ! J'ai besoin d'être respecté. La colère provient d'un sentiment d'injustice, celui d'obtenir réparation.
  • La joie : c’est sentiment si positif, quel besoin peut-il générer ? Simplement de le partager.

Bien sûr, d'autres émotions s'imposent à nous : les émotions « rackett », les émotions « élastiques », ou encore l'émotion du « rire du pendu ». Ce sont toutes ces émotions qui en remplacent une autre !

C'est une expérience, une circonstance vécue dans le présent qui fait revivre une émotion forte du passé.

Et que dire des émotions d’un thérapeute alors ?

C'est simple, il les accueille et fait le même travail, une belle gymnastique émotionnelle sans grand écart. Comprendre, accepter et réguler ses émotions permet de développer une intelligence relationnelle nouvelle, clé dans un monde en pleine mutation car prometteuse d'une société plus humaniste.

Chez Hubwe, nous percevons chaque émotion comme une opportunité de mieux se comprendre. En établissant un environnement propice à l'acceptation et à l'exploration, nous favorisons une approche thérapeutique à la fois humaine et épanouissante."

Retour